Collectif de professionnels et d'amateurs, passionnés de spectacle vivant

La Baby Sitter

  • Comédie
  • De :René de Obaldia /
  • Avec : Caroline Aïn / Cyril Guillou / Céline Lemarié /
  • 1h30 environ
  • Tout public (dès 10 ans)

Vous aimez ? Dites le !

Affiche Baby-Sitter

La Baby Sitter

Mise en scène:
Aurélien Mallard.

Elvire et Franklin sont attendus à dîner chez les Paniquel.
Pourtant, ils sont encore chez eux et attendent. Charlotte, la baby-sitter, n’arrive pas. Le temps qui passe fait monter la pression. Chacun y va de sa mauvaise humeur pour reprocher à l’autre tel ou tel petit détail de la vie quotidienne. Le couple va mal. Ils ont leur refrain préféré : « Treize ans de vie conjugale, mais où sont les feux de Bengale ? ».On sonne à la porte. Ce n’est pas Charlotte mais, une baby-sitter plutôt pour adultes… Une de celles qui peut vous réchauffer toute une soirée : Sœur Epine du Saint-Esprit.

Cette pièce s'est jouée au TNT, à Nantes, du 13 février au 31 mars 2007.

Galerie d'images

© Mathieu Bouyer

Vidéos

Vidéo Teaser réalisée à la dernière du spectacle, pour y accéder il faut vous identifier ici, ou vous inscrire en remplissant ce formulaire..!

L'équipe

Aurelien Mallard

Aurélien MALLARD

Aurélien Mallard a vu le jour le 19 septembre 1979, l’année où Patrice Hernandez chantait Born to be alive. Prenant cette merveilleuse ode à la vie comme une devise, c’est certainement ce qui l’a guidé dès son plus jeune âge à s’inscrire au théâtre de La Montagne pour fouler pour la première fois les planches d’un théâtre.

Et c’est peu dire que pour Aurélien faire du théâtre est une façon de se sentir vivant. C’est beaucoup plus que ça. Si Patrice Hernandez chantait Act is my way of life, c’est certainement ce qui le guiderait actuellement.
Dès ses 19 ans, il part sur les routes avec un théâtre forain, le Théâtre des Sept Lieues, sifflotant Born to be wild, selle les chevaux, conduit la roulotte, joue la comédie.

Il a très vite envie de créer sa propre compagnie. Sa rencontre avec Fabrice Boidé va permettre la création des Contes à Rebours. Monter des projets artistiques, écrire des textes, construire des décors, prévoir le budget, faire un plan de feux, trouver des dates, monter sur scène, jouer du classique ou du contemporain, raconter des histoires, sont ses raisons de vivre.

Et à l’heure du bilan, il vous servira un bon petit plat fait maison, conduisant la réunion d’une main de maître, tout en vous expliquant son prochain projet. Il est certain que si ce n’est pas lui qui crée les costumes, c’est uniquement parce qu’il n’a pas de machine à coudre, que s’il ne danse pas c’est qu’il a perdu ses chaussons et que s’il ne chante pas c’est parce que vous ne l’avez pas assez prié.

Céline Lemarié

Céline LEMARIE

La petite Céline Lemarié voit le jour en 1978 dans cette charmante commune de Campbon perdue entre Nantes et Saint Nazaire. Bien qu’elle soit restée petite, Céline n’est pas restée à Campbon. Elle fut vite attirée par l’effervescence culturelle nantaise et monta donc vers la grande métropole dans le but premier d’y étudier la littérature. Sa rigueur et son presque sérieux lui permettront de jongler entre la fac, un emploi de surveillant et la pratique d’activités artistiques aussi diverses que variées.

Car il faut bien le dire, Céline adore toucher à tout. Et beaucoup se demandent encore aujourd’hui si son activité favorite ne serait pas le remplissage d’agenda. Inarretable. Elle jongle, danse, chante, joue la comédie, raconte des histoires, improvise selon des règles, met en scène, enseigne les arts du cirque et l’improvisation aux enfants, et malgré tout cela elle trouvera toujours le temps de venir boire un verre avec vous si vous lui proposez avec le sourire.

Car cette comédienne, pleine de charme et d’énergie, carbure à la bonne humeur. Voilà pourquoi Céline fait partie intégrante de l’association Contes à Rebours, aussi bien en théatre forum qu’en theatre d’entreprise, colleuse d’affiche, etc. Bon, soyons sérieux, elle ne sait pas tout faire, mais vu ce qu’elle fait déjà, on aurait tendance à lui pardonner.

Caroline AIN

Quand elle était petite, Caro, c’était celle qui ouvrait la malle des déguisements en disant : « toi tu feras la sorcière et toi tu feras le chevalier qui me sauvera du dragon. » Au goûter, elle arrivait à vous convaincre que vous n’aimiez pas votre tartine de nutella pour pouvoir la manger elle-même. Le reste du temps, elle dansait sur son cheval. A l’adolescence, elle joue (déjà) les garçons manqués.

Puis, le bac et le permis en poche, elle prend son envol et commence une école d’art dramatique à Agen où elle s’épanouit dans sa féminité. C’est une révélation.
Elle met en scène, écrit, chante, danse et joue dans des cabarets, des classiques, du contemporain... Tant qu’il y a du travail, elle est présente.

En 2004, elle arrive à Nantes pour une tournée avec le Théâtre des Sept Lieues. Elle intègre très vite les Contes à Rebours et devient une des personnes moteur de la compagnie. Au sein de la compagnie, elle mettra en scène beaucoup de pièces avec les amateurs, lancera les premiers ateliers amateurs, animée par sa passion pour le cabaret et la comédie musicale et son affection pour les grosses équipes, elle créera le Cabaret Gourmand avec son nouvel accolyte Sébastien. Les spectacles où le chant prend une place prédominante suivront; Journée à tous, Le Trio scopitone avec Céline et Christelle, Un clair de Lune à bourville avec Sébastien...

Toujours à fond dans les Contes à Rebours, mais gourmande de nouvelles expériences, elle travaillera avec l'Atelier du livre qui rêve (spectacles pour enfants), Les Récréateurs , le Théâtre de l'Entracte, L'hotel de la plage (théâtre forum),  où elle est comédienne.
Les Inventés, La compagnie Folial, Les Copainches, le groupe Esquisse, Babel Canto, Blue mango qui font appel à elle en tant que metteur en scène.
Elle créera aussi à Nantes, le Collectif Les Costards Fêtards, collectif d'artistes qui intervient auprès des sans-abris. Jamais rassasiée, elle continue à se former par le biais de stages de clown, d'improvisation, et de danse.

Parce que Caro, quand elle s’engage dans quelque chose, on peut compter sur elle, il y aura du travail, de l’envie et de l’investissement. Que ce soit sur scène ou en direction d’acteur, elle y est à 100%, 110, 120... Caro dans sa troupe, ça permet de ne plus attendre le 14 juillet ou le 1er janvier toute l’année, on a un feu d’artifice en permanence.

Cyril Guillou

Cyril est né au bord de la mer le 17 mars 1980. Je suis sûre que ce jour-là, le soleil a brillé très fort sur les plages de La Plaine Sur Mer, obligeant les plaisanciers (s’il y en avait en ce mois de mars) à mettre plus de crème. Un soleil si fort qu’il a chargé les batteries du tout jeune Cyril Guillou d’une énergie incroyable.

Au lycée, Cyril prend une option théâtre, ce qui le fait monter à la capitale. De la région. C’est à dire Nantes. Il y rencontre Aurélien Mallard qu’il rejoindra par la suite en 2000 dans les Contes à Rebours. Il joue également à La Plaine sur Scène. Mais avant de se jeter à corps perdu (pas pour tout le monde) dans le théâtre, il termine des études de commerce. Son BTS en poche, il se décide à tenter l’aventure théâtrale.

En 2000, il se lance avec Un Riche Trois Pauvres de Calaferte, un projet qu’il amène aux Contes à Rebours et qui sera le premier projet professionnel, réunissant pour la première fois Cyril, Aurélien et Céline.

A partir de là, on ne l’arrête plus. Il multiplie les projets, devient comédien à l’Atelier du Livre qui Rêve, joue du théâtre forum, d’entreprise, rejoint la joyeuse bande des Récréateurs, du Théâtre des 7 Lieues, et de La Pastière.

Il se forme, apprend à danser : le rock, la salsa et la danse africaine et suit un stage d’escrime. Il joue, il conte, il danse, il virevolte, il incarne, il vit, passant de plateaux en plateaux, toujours sur les routes pour de nouvelles aventures, de nouveaux défis et de nouveaux rôles. Il vit de sa passion et la transmet avec bonheur à d’autres.

Il nous entraine dans son sillage de folie créatrice, dans ses déferlantes de rires en cascades et dans ses délires théâtraux. Parce qu’en plus de son talent et de sa curisité de tout, il est drôle.

S’il fallait trouver un slogan publicitaire pour Cyril (comme si il en avait besoin !), je le trouverais sans peine : « Cyril, une solution durable contre l’ennui ! »

comments powered by Disqus